Sint-Baafsabdij vrouw leest in tuin
© Tini Cleemput

Des jar­dins cachés

Vous recherchez du calme et de la verdure dans la ville ? Jetez un œil derrière les façades et les murs de nos plus anciens bâtiments historiques. Vous y découvrirez des lieux magiques et verdoyants, qui portent chacun leurs propres histoires et leurs propres traces d’un passé lointain.

Gand est la principale ville de Flandre. Elle est entourée de vignobles, de vergers et de champs riches.

Al-Idrisi, cartographe arabe (Ceuta 1100 – Sicile 1165 ou 1166)

Abbaye Saint-Pierre

Un écrin de verdure aux accents du Sud

Saviez-vous que derrière les majestueuses façades de l’abbaye Saint-Pierre se trouvait un luxuriant jardin abbatial ? Vous vous y promenez entre les lavandes, les arbres fruitiers et les vignes. Jadis, les moines flânaient dans ce havre de paix verdoyant. Aujourd’hui, il s’agit d’un jardin ouvert où vous pouvez vous reposer, pique-niquer, étudier ou tout simplement vous détendre au soleil. Imaginez que vous êtes dans le sud de la France et profitez de cet écrin de verdure dans la ville !

Un jardin historique

Le jardin abbatial avec son jardin de plantes aromatiques, son vignoble et son verger existait déjà au Moyen Âge. Il s’agit d’une reconstruction fidèle à l’original, aménagée sur le jardin en terrasse d’un abbé féru de luxe et de raffinement au dix-huitième siècle. Les ruines dans le jardin sont les vestiges de l’ancienne infirmerie du quinzième siècle. Des archéologues ont dégagé les restes de la construction dans les années 1970.

La belle vie entre les vignes

Sur le côteau menant à l’Escaut, les moines cultivaient des raisins depuis le neuvième siècle. La riche Abbaye Saint-Pierre disposait même de sa propre brasserie. Il n’est guère étonnant que les moines de l’Abbaye Saint-Pierre faisaient chacun couler deux litres de vin par jour. En l’absence d’eau pure, le vin était avec la bière la principale boisson au Moyen Âge. Depuis 1983, des vignes y sont de nouveau cultivées. Chaque année, quatre cépages permettent de produire un nombre fluctuant de bouteilles de « vin d’abbaye ».

Plantes aromatiques magiques et fruits sucrés

Le jardin de plantes aromatiques se trouve juste à côté de l’église et des ruines d’une infirmerie du quinzième siècle. Le parfum de la lavande, du romarin, du thym, de la sauge et d’autres herbes bien connues vous chatouille les narines. Depuis le neuvième siècle, l’infirmier y cultivait des plantes médicinales, les faisait sécher et en faisait des breuvages et des onguents. Si l’on regarde bien, on distingue encore la silhouette de l’infirmerie sur la façade sud de l’église.
Et pour ceux qui aiment la douceur des fruits, le verger et les arbustes fruitiers produisent chaque année des pommes, des poires, des cerises, des prunes, des noix et même des figues ! Venez les cueillir et les goûter !

Si vous possédez un jardin et une bibliothèque, vous avez tout ce qu’il vous faut.

Marcus Tullius Cicéron, orateur et homme politique romain (106 - 43 av. J.-C.)

Abbaye Saint-Bavon

Grandeur verdoyante en bordure de la ville

À l’endroit où l’Abbaye Saint-Bavon dominait jadis le paysage, se cache l’un des secrets les mieux gardés de la ville. Une cour intérieure médiévale logée entre des ruines recouvertes de végétation et une église verte. Des colonnes de charme de 5 mètres de haut évoquent l’église disparue. Autrefois, il s’agissait de la plus grande église romane des Pays-Bas de l’époque. Vous aimez le mystique, le romantisme et les plantes rares ? Alors promenez-vous dans l’un des secrets les mieux gardés de la ville !

Une cour intérieure médiévale

Entre les ruines couvertes de végétation, se cache une cour intérieure médiévale offrant une flore murale exceptionnelle. Là où jadis les moines se promenaient et prêchaient, poussent aujourd’hui entre des pierres vieilles de plusieurs siècles plus de 210 plantes différentes, dont certaines sont très rares. Corydale jaune, Chardon-Marie, Séneçon du Cap, Erigéron, Aristoloche clématite… toutes ces plantes au nom poétique offrent chacune une incroyable palette de couleurs. Un échantillon de biodiversité unique dans la ville !

Hôtel d'Hane Steenhuyse

Un havre de paix dans la Veldstraat

Échappez à l’agitation de la Veldstraat et venez vous reposer dans le magnifique jardin clos de cet hôtel de maître du dix-huitième siècle. Profitez d’un concert apéritif l’été et imaginez un moment être l’un des invités de la famille noble d’Hane de Steenhuyse.
Bientôt, vous pourrez également savourer une délicieuse tasse de café dans l’atmosphère noble de cette demeure !

Un lieu empreint de nature

L’hôtel d’Hane Steenhuyse est un lieu empreint de nature. Bien que cela ne semble pas être le cas au premier regard, la nature y est omniprésente, de la façade avant à la porte de derrière. Les familles qui y résidaient appréciaient non seulement son jardin, mais la nature était aussi littéralement – en tant qu’ornement – invitée à l’intérieur de la demeure afin de rendre la vie citadine plus agréable. Le jardin était un élément indispensable pour les nobles qui vivaient en ville.

Un jardin d’agrément doté d’une orangerie, d’une serre et d’un verger

Valérie van Pottelsberghe de la Potterie (1839-1902), veuve du comte Borluut, était non seulement éprise d’art mais se passionnait surtout pour les jardins. Elle fit transformer la pelouse quelque peu monotone du dix-huitième siècle en un magnifique jardin d’agrément, doté d’une orangerie, d’une serre, de vignes, de rosiers et de grands arbres fruitiers. Fermez les yeux et imaginez que vous êtes invité dans le petit paradis de Madame de la Potterie, entre les arbres fruitiers en fleur et les fleurs parfumées – tout cela en pleine ville ! Depuis la disparation du dernier poirier ancien, la pelouse actuelle attend un nouvel aménagement paysager.

Le Château des Comtes

Pique-niquer dans une atmosphère médiévale

Derrière les hauts remparts et le porche du Château des Comtes se trouve la haute-cour, la cour intérieure du château. Au Moyen Âge, les chevaliers s’y abritaient pour reprendre des forces pendant la bataille. Si vous étiez un hérétique ou une sorcière, vos dernières heures étaient comptées sur la haute-cour.

Aujourd’hui, il s’agit du point de départ d’un parcours unique à la découverte du château. Les classes ou les groupes peuvent également y pique-niquer dans une agréable atmosphère médiévale !

Et si vous regardez bien, des mousses et des plantes remarquables y poussent entre les pierres et les murs vieux de plusieurs siècles !

L’âme ne peut s’épanouir en l’absence d’un jardin. Si vous ne voulez pas de paradis, vous n’êtes pas un homme ; et si vous n’êtes pas un homme, vous n’avez pas d’âme.

Sir Thomas More, humaniste anglais (1478 - 1535)

Maison Vander Haeghen

Un jardin de cueillette pour les mains vertes

Après votre visite du Musée Vander Haeghen, faites un saut dans le petit jardin de cueillette. Laissez-vous tenter par la cueillette de toutes sortes de légumes, fruits et herbes fraîches.

Tout cela dans la rue commerçante la plus fréquentée de Gand !